SENOR COCONUT / FLANGER / ATOM TM
ALLEMAGNE, VENEZUELA, CHILI



Longtemps célébré par les esthètes de la techno, le Señor Coconut s’illustre non sans humour avec des reprises façon merengue, mambo et cha-cha-cha. VIBRATIONS / En 97, Uwe Schmidt crée son propre label Rather Interesting, sur lequel il sort encore une flopée d'albums et signe de jeunes talents. Ce producteur aux doigts de fée, se permet même de réaliser un maximum d'opus pour d'autres groupes, comme Flanger, par exemple. En 2000, il part à Santiago du Chili, où il forme Señor Coconut, une nouvelle aventure électronique. Le concept de ce nouvel album El Baile Aleman : des reprises de Kraftwerk, version latino, cha-cha-cha, mambo ou bossa, trois ans après un premier essai du même style Gran Baile Con Señor Coconut.
Après avoir offert sur El baile aleman ses relectures épicées du repertoire de Kraftwerk, Señor Coconut s’est attelé cette fois- ci au répertoire d’autres légendes de l’électronique vintage, celui des japonais de Yellow Magic Orchestra. Intitulé Yellow Fever, ce nouvel album voit donc Uwe Schmidt – son vrai nom – donner une nouvelle jeunesse à dix titres de YMO, en s’entourant d’un big band latin (mené par le chanteur vénézuélien Argenis Brito).
Producteur allemand exilé au Chili (il collabore avec Holden depuis l’album "Pedrolira"), Uve Schmidt a plusieurs alias. Quand il endosse celui de Señor Coconut, il ne sait y faire qu’une seule chose, mais il la fait bien : customiser tout ce qui lui passe par la main, pour repeindre ses kompatriotes de Kraftwerk ("El baile alleman") ou Yellow ("Yellow fever") façon mambo-rumba-cha cha. On comprend dès les premières mesures de l’album (une reprise de Daft Punk) que notre homme reprend les choses où ils les avait laissées avec "Fiesta songs" en 2003 : puisant dans le répertoire discothèque et majoritairement des eighties ("Sweet dreams", "Da da da", "Kiss" ou la B.O. de "La Boum" signée Cosma, avec "Dreams are my reality" featuring Louie Austen) mais aussi dans le répertoire latino. Précisons que le "Corcovado" de Tom Jobim (dont la relecture est superbe, avec un choeur féminin vocodérisé) n’entre pas dans ce registre, puisque le Brésil parle un dérivé du Portugais et est une culture bien à part dans le continent latino. Ce répertoire latino, Schmidt le modernise, il remet la lounge music à l’honneur, comme en témoigne son remix de Les Baxter sous le nom d’Atom™, grand représentant du genre dont Thievery Corproration avait glissé un titre en ouverture de leur compilation "DJ Kicks". Le style "caliente" façon germanique a encore frappé.
L’homme que l’on appelle Senor Coconut, moitié allemand moitié chilien, est l’un pionnier des vibes electro latines qui envahissent depuis les enceintes des clubs du monde entier.Derrière ce pseudo un peu kitsch de Señor Coconut se trouve Uwe Schmidt, producteur et artiste électro allemand, officiant sous le nom d’Atom Heart et sous d’autres noms a produit divers projets dance, techno, ambient dans son pays natal au cours des années 90. Mais en 1996, Schmidt, lassé de la scène européenne décide de s’expatrier au Chili dont il ne connaissait rien mais souhaitait en connaître la culture. Ainsi est créé le projet Señor Coconut.







Atom TM @ Mutek 5-30-09


www.myspace.com/senorcoconutuk