The RESIDENTS
États-Unis
Le groupe d’inconnus le plus célèbre du monde



The Residents, groupe mythique des années 1970 et icône d’une culture alternative, est à l’origine d’une musique expérimentale inclassable.
Fondé dans les années 1970, The Residents avance masqué depuis plus de 40 ans. Dissimulés derrière un oeil géant en guise de masque, aujourd’hui devenu mythique, les membres du collectif californien cultivent l'anonymat et se définissent d’ailleurs comme le « groupe inconnu le plus célèbre du monde ». Après un premier album en 1972, “Meet The Residents”, (dont la pochette moque les Beatles), et un autre disque, “Commercial Album” (qui satirise les “tubes” avec uniquement des titres d’une minute), The Residents devient rapidement une figure de la contre-culture.
Aujourd’hui, The Residents compte dans sa discographie 60 albums.

les Residents sont immortels. «Groupe inconnu le plus célèbre du monde», comme ils se qualifient, ils prennent à rebours la loi fondamentale de la pop selon laquelle la musique doit avoir un visage, se coiffant à partir de 1979 d’un globe oculaire géant. Leur pseudonyme est à mettre au crédit d’un cadre de chez Warner auquel ils avaient envoyé des bandes sans indiquer de nom, juste une adresse de retour. Ce dernier les renvoya en les adressant simplement aux «résidents» et «ainsi commença l’histoire du plus important collectif de pop music du XXe siècle», écrivit leur historien officiel, Matt Groening, père des Simpson et fan de la première heure.

La mythologie veut qu’ils commencent à frayer ensemble sur les bancs du lycée au fond du bayou avant de rallier San Francisco en plein trip psyché. Au milieu des années 60, ils posent les bases de leur univers, passant la culture pop au mixeur dada. Dès ses premiers pas, l’obscur collectif prend un malin plaisir à railler les icônes, avec Meet The Residents où ils pastichent la pochette de Meet The Beatles tatoués et mutilés. Ils pointent l’aspect totalitaire de la musique pop avec Third Reich’n’Roll, qui réduit en bouillie les classiques du rock. Ils concoctent un Commercial Album qui moque les tubes formatés de l’époque, réduisant les morceaux en jingles d’une minute. Ou revisitent la taiseuse culture inuit dans le chatoyant Eskimo.

Ces freaks multimédias, devenus icônes malgré eux de la contre-culture américaine, as du détournement et de la parodie caustique, n’ont cessé d’expérimenter. Ils ont sorti près de 60 albums, transformé le CD-rom et le DVD en formes artistiques, produit des fictions radiophoniques podcastées sur le Net, des vidéos fantasmatiques et grotesques mêlant allégrement techniques et supports (du Super 8 à la 3D) et livré de mémorables performances live, inspirant une foule de descendants, tant dans la pop que l’electro, de Devo à Daft Punk.







www.residents.com