TARTIT
MALI, 9 musiciens



Femmes Touareg du Mali - Parmi les musiques venues du désert se détachent celles de Tartit, entre chant exalté et blues lancinant.
Peut-être parce qu'elles permettent de fantasmer sur la beauté et la liberté des gens du désert, les musiques touareg ont le vent en poupe. Dans ce groupe des environs de Tombouctou réunissant cinq femmes et quatre hommes, seuls les messieurs sont voilés. Point d'optimisme béat cependant puisque, dans leur cas, c'est davantage pour se protéger du sable que par pudeur ou obligation, même si, par ailleurs, la société touareg est l'une des rares en Afrique où les dames ont le droit de choisir et de quitter leur époux.
...“Les Touaregs du Mali chantent le blues du désert. Un instant de l’atmosphère sereine d’une soirée au désert. Voix acides de femmes, battements de mains lents et irréguliers, viole et percussions : une musique qui respire sans contrainte, qui semble couler comme le sable, le vent, le temps.” LIBERATION
(…) La musique et la poésie ont toujours occupé une place importante dans la culture berbère des femmes touareg. Venu du Mali, l’ensemble Tartit perpétue cette tradition qui rythme les grandes cérémonies de ce peuple nomade. Elles interprètent un Blues du Désert qui parle de paix, d’amour et d’exil. L’EXPRESS
Syncopé, exalté, le chant des neuf potes de Tartit est allumé par le petit tambour à une peau, le tindé, tenu par les femmes, tandis que les hommes jouent des cordes de leurs vièles, de leurs luths et de leur guitare électrique. Le blues lancinant façon Ali Farka Touré n'est jamais bien loin dans ces farouches et hypnotiques musiques aux frontières de la transe gaiement rythmées par des youyous. Enregistrées en studio mobile à Bamako, par Vincent Kenis, l'ingénieur du son nomade du label belge indépendant Crammed, elles restituent superbement les ambiances de mélancolie rêveuse, puis de guinche extatique, des veillées à ciel ouvert, l'immensité du désert pour tout horizon. TELERAMA Eliane Azoulay








www.myspace.com/tartit