ALBERT KUVEZIN / YAT-KHA
TUVA, 8 musiciens



Yat-Kha, le rock à la gorge! Tuva, petite république de la fédération de Russie aux confins de la Mongolie et de la Sibérie, ses montagnes, ses 8 000 rivières, ses troupeaux de vaches, ses mineurs, son alcool de contrebande et son fameux chant de gorge. C'est de cette mystérieuse contrée que sont originaires Yat-Kha, rockeurs des steppes,emmenés par Albert Kuvezine . Un mix bizarre entre rock et chant diphonique (émission de deux sons simultanés par un seul chanteur) typique de cette région, guitares électriques et instruments traditionnels de Tuva (l'igil, sorte de violoncelle à deux cordes, le yat-kha, longue cithare, et l'incontournable guimbarde). “… Il y a dans l’énergie qui traverse la musique de Yat-Kha, quelque chose des Pogues, irlandais militants d’un folk punk festif. Ces chevauchées enlevées, ces danses rock mongoles ont emballé le public des Transmusicales qui s’est rué sur les disques disponibles du groupe…” LE MONDE “… Quant à Yat-kha, ils resteront à n’en pas douter une révélation des Trans Musicales. Le festival s’est emballé à l’image d’un furieux coursier des steppes. Originaire de Tuva, aux confins de la Mongolie et de la Siberie, Yat-Kha a su transcender une tradition immémoriale à l’aune d’une punk attitude… ” OUEST France “… Aujourd’hui Yat-Kha est un quartet où s’enchevêtrent les cordes anciennes de l’Igil (vièle) et du Yat-kha (cithare), et celles électriques, d’une basse et d’une guitare souvent saturées. Le Kengyrgy (tambour) évoque souvent une chevauchée (pas, trot ou galop) qui donne aux mélodies pentatoniques une couleur country (and eastern). Le rythme peut aussi s’emballer jusqu’à la transe sur d’étranges boucles organiques. Enfin les quatre voix couvrent toute la tessiture du chant touva, du kargyuraa (proche du chant gutural de certains lamas tibétains) au sygyt (son flûté) en passant par le khoomei (chant diphonique). Ode à la vie en liberté dans l’immensité des steppes d’Asie Centrale, le blues décalé de Yat-Kha subjugue les fans de Tom Waits et de Captain Beefheart…” LA GRIFFE “Pour le disque “RECOVERS” le groupe YAT-KHA emmené par Albert Kuvezin, fait se plier quelques classiques pop ou reggae à l’univers shamanique de la region de Tuva (Mongolie/Sibérie). A grands coups d’accords de cordes traditionnelles et de chants diphoniques “khoomei”, les tubes de Led Zeppelin, de Kraftwerk, Joy Division, Motorhead ou Captain Beefhart retrouvent une seconde jeunesse et une énergie que l’on croyait diluée dans l’habitude ou les année. Le dernier disque de YAT-KHA, d’une saine sauvagerie, est aussi étonnant qu’indispensable. “







YAT-KHA


www.yat-kha.ru